Le compteur Linky et la surconsommation

Une étude réalisée par des chercheurs des Pays-Bas remet en cause la fiabilité des compteurs Linky, en citant plusieurs cas de surconsommation. Après comparaison de différents résultats de tests, des anomalies liées à l’utilisation du nouveau dispositif auraient, en effet, été recensées

Constatations et résultats des études

Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Twente aux Pays-Bas, de nombreux cas de surconsommation induits par l’usage des nouveaux compteurs Linky ont été révélés. La fiabilité de ces compteurs intelligents pourrait ainsi être remise en cause, alors que la France se prépare à les substituer aux modèles traditionnels d’ici à 2021.

D’après le communiqué publié dans une revue scientifique néerlandaise en mars 2017, les relevés de ce type d’automates modernes donneraient des résultats près de six fois supérieurs à la consommation réelle en énergie d'un foyer. Au lieu de diminuer les factures d’électricité, ils seraient donc responsables d’une augmentation importante du budget des ménages.

Dans le cadre des analyses effectuées, neuf compteurs (fabriqués entre 2004 et 2014) ont été reliés à différents appareils : chauffage et ampoules à économie d'énergie, ampoules LED ou gradateurs. Un important écart de + 582% a alors été enregistré sur cinq de ces compteurs, après comparaison de la consommation mentionnée avec celle réellement opérée. Parallèlement, deux autres compteurs ont affiché des relevés inférieurs de 30% par rapport à la consommation effective.

Selon les spécialistes, ces disproportions s’expliquent par la conception même des compteurs puisque les dispositifs éco-énergétiques ou à basse consommation ne forment pas d’« ondes parfaites » et que leur emploi rend donc le courant électrique plus difficile à mesurer.

compteur linky surconsommation foyer

Témoignages sur quelques cas de surconsommation

Plusieurs témoignages attestent d’une surconsommation relative à l’utilisation des compteurs Linky :

  • Un ménage domicilié dans le Nord dénonce une facturation triplée par rapport à la normale. Cette augmentation serait intervenue alors que la consommation en électricité de leur habitation mitoyenne et parfaitement isolée n’aurait pas dépassé les prévisions habituelles en période hivernale.
  • Ces affirmations autour du phénomène sont renforcées par les incidents que relate l’association de défense des consommateurs de Lorraine (ADC 54) : installé dans ses locaux en juillet 2016, un nouveau compteur intelligent aurait commencé à accuser une hausse à partir du mois d’octobre. Trois mois plus tard, la consommation électrique journalière aurait atteint 70 kWh en moyenne, soit une augmentation de 250% en comparaison de la situation antérieure.