État des lieux des ondes électromagnétiques du compteur Linky

Pourquoi les ondes du compteur Linky suscitent-elles des doutes ? Quelles sont celles qui sont incriminées ? Quels organismes ont étudié cette potentielle nocivité ? Où en sont les recherches scientifiques et que faut-il en conclure ? Découvrez les points de vue des scientifiques et d’Enedis.

Des ondes qui provoquent des remous

Depuis son introduction dans les foyers français en 2015, le compteur Linky ont déclenché une polémique qui reste vivace. Accusé d’espionner, voire de filmer, les lieux les plus intimes de nos vies, l’appareil nouvelle génération fait naître de nombreux fantasmes dans l’esprit des utilisateurs. Ce ne sont pas les seuls reproches auxquels il doit répondre.

Des associations comme Robin des Toits ou encore Next-up le soupçonnent d’être potentiellement responsable de plusieurs maux .Le premier est lié aux ondes électromagnétiques qu’il diffuse, à l’instar de nombreux autres appareils connectés, qui seraient cancérogènes. Le second concerne le risque de déclencher des incendies, provoquer des pannes, voire des dysfonctionnements dans le système de domotique des foyers équipés. Quelques cas ont en effet été rapportés comme à Toulouse. En ce qui concerne les risques d’incendie, ils paraissent concrets avec 8 cas pour 300 000 boîtiers installés. Mais qu’en est-il vraiment des nuisances de ce compteur sur la santé ?

Des ondes électromagnétiques sous haute surveillance

Comme cet équipement utilise la technologie CPL (Courants Porteurs de Ligne), à savoir les fils électriques classiques qui fournissent le courant, il est légitime de s’interroger à ce sujet. Les ondes électromagnétiques du compteur Linky sont transmises par radiofréquences de 75 kilohertz. Or les câbles électriques classiques ont été conçus pour le 50 hertz du courant électrique. Ce différentiel pourrait engendrer des surtensions. La plus grande prudence à l’égard de ces ondes, qui circulent dans des circuits qui ne sont pas réellement adaptés à leur puissance, est donc de mise. Cependant, peut-on parler de risque cancérogène ?

ondes compteur linky sante

Des chercheurs scientifiques qui recommandent la méfiance

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les ondes des radiofréquences dans la catégorie « cancérogène possible ». De son côté, l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) confirme dans un avis que « Les conclusions de l’agence, dans la configuration de déploiement actuelle (...), vont dans le sens d’une très faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis (...) puisse engendrer des effets sanitaires à court ou long terme ».

Si ce rapport semble rassurant, il est rappelé que le manque de recul et de données sur lesquelles s’appuyer pour déclarer cancérogènes ou non les ondes du compteur Linky ne permet pas de fournir un état des lieux complet de la situation sanitaire. Des études contradictoires sont actuellement menées par des laboratoires indépendants afin d’obtenir des résultats plus probants. Il reste que le risque d’exposition est faible, et selon le même organisme ANSES, plus encore que celui d’un téléphone mobile.

Quand Enedis fournit également son point de vue

Si Enedis installe des compteurs communicants Linky, il reste très discret sur l’éventuelle dangerosité des ondes électromagnétiques. Il précise que l’EXEM, un spécialiste de l’exposition électromagnétique, est un de ses partenaires. En remplissant le formulaire Cerfa n° 15003*01 téléchargeable sur leur site, il est possible de faire contrôler gratuitement l’exposition aux ondes de votre foyer par ce spécialiste. Une expertise qui pourra rassurer certains consommateurs.