Nouveau compteur Linky : l’innovation au service du consommateur

Dans le cadre de la modernisation du réseau de distribution électrique, l’Europe a pris la décision d’équiper ses ressortissants de compteurs communicants, qui permettront à terme de mieux gérer les flux énergétiques. L’État français a confié cette mission de modernisation à Enedis, qui devra équiper l’ensemble des foyers, soit 35 millions, d’ici à 2021. Mais quelles sont les caractéristiques de ce nouveau compteur Linky qui fait tant parler de lui ? En quoi est-il innovant ? Que communique-t-il ? Et surtout, en quoi sera-t-il utile aux consommateurs ?

Linky, une invention Enedis

Enedis, ex-ERDF, le réseau national de distribution d’électricité, fait face à un enjeu de taille depuis le début du XXIe siècle : moderniser le réseau électrique pour le transformer en réseau intelligent (smart grid). L’objectif de ce nouveau réseau est de réduire la consommation globale d’électricité, d’ajuster la production à la consommation et d’optimiser la répartition du courant sur l’ensemble du réseau. Pour ce faire, Enedis, en plus de moderniser ses équipements, a inventé un compteur intelligent et communiquant, Linky. Dès 2007, il est question de ce compteur, mais ce n’est que quelques années plus tard, en 2010, qu’Enedis lance la première campagne de test en équipant quelques foyers. Un an plus tard, en septembre 2011, la commission de régulation des énergies valide le projet, qu’elle estime être un succès. Enedis s’engage alors à équiper l’ensemble du territoire et des consommateurs entre 2015 et 2021. En 2018, ce sont entre 8 et 10 millions de compteurs qui ont été installés, à un rythme de 35 000 par jour.

Linky, un compteur innovant

La principale caractéristique de Linky est qu’il communique avec Enedis. Les relevés ne se font plus sur place avec un technicien comme c’était le cas pour les anciens compteurs. Linky envoie directement les données, ce qui permet de relever la consommation en temps réel et ainsi d’ajuster la facturation au plus près. Fini, les régularisations de fin d’année ! Mais ce n’est pas seulement de relevés qu’il s’agit. Dorénavant, les ouvertures de lignes se feront à distance, et très rapidement. Certaines interventions également, comme un changement de puissance, une mutation de fournisseur ou la détection de certaines pannes.

Quel intérêt de Linky pour le consommateur ?

Tout d’abord, Linky permettra au consommateur de suivre sa consommation au jour le jour, via le site Web d’Enedis. La connaissance de ces données lui sera utile pour agir sur sa facture en gérant sa consommation au quotidien, en réduisant sa consommation à certaines heures pour la reporter sur d’autres par exemple. En parallèle, le compteur sera programmé pour accueillir de nouvelles offres tarifaires, mieux adaptées au profil de chaque client et qui permettront aux fournisseurs d’électricité de proposer un accompagnement individualisé.

En cas de panne, du nouveau compteur Linky l’intervention d’un technicien, quand elle est nécessaire, est plus rapide et efficace. L’objectif est de réduire le temps d’intervention à moins de 24 heures pour les opérations courantes, contre 5 jours à l’heure actuelle. Dans certains cas, c’est le compteur lui-même qui agit, il n’y a plus aucun temps d’attente. Un autre des gros atouts de Linky en la matière est de pouvoir détecter une surtension et de couper immédiatement le courant pour protéger les appareils branchés. Dès que la situation est revenue à la normale, Linky le détecte et peut alors être réenclenché.

Enfin, un autre domaine où Linky sera très utile au consommateur est celui des énergies renouvelables. De plus en plus de foyers s’équipent en panneaux solaires et/ou éoliennes, et beaucoup d’entre eux souhaitent auto-consommer l’énergie produite. Avec les anciens compteurs, la procédure était coûteuse et complexe. Il fallait en installer un deuxième qui calculait la quantité d’électricité remise sur le réseau. Avec le compteur Linky, tout passe par le même équipement, qui devient ainsi un pivot central de l’articulation entre énergies autoproduites et énergie du réseau.

compteur linky fonctionnement

Utilisation au quotidien du compteur communicant

Pour tirer parti au mieux de Linky, le consommateur pourra se connecter sur son espace client via le site d’Enedis. Il pourra suivre au jour le jour sa consommation, la comparer d’un week-end à l’autre, suivre son évolution au fil des semaines et des mois, vérifier l’intérêt ou non d’un contrat heures pleines/heures creuses. Avec Linky, le consommateur n’est plus passif mais devient acteur et peut agir à plusieurs niveaux pour faire des économies d’énergie, mieux étaler sa consommation, repérer les appareils qui consomment trop.

Par ailleurs, il pourra comparer sa consommation avec celle d’autres foyers similaires en taille et en équipements pour évaluer ses possibilités d’économies. Attention, Linky ne peut détecter quel appareil consomme quelle quantité d’énergie : c’est au consommateur de savoir quel équipement fonctionnait à telle heure et a généré tel pic de consommation. Enedis dit assurer le respect de la vie privé avec le nouveau compteur Linky et suit l’ensemble des recommandations de la CNIL à ce sujet.

Un compteur qui fait débat

La venue au monde du premier compteur communicant français ne s’est pas faite sereinement, et ses opposants sont nombreux et bruyants. On l’accuse de bien des maux.

Trois arguments reviennent souvent dans la bouche de ses détracteurs.

Tout d’abord, il provoquerait des incendies. Il faut remonter dans le temps pour trouver l’origine de ce problème. Lors de la phase d’expérimentation en 2010-2011, conduite à Lyon et en Touraine, 8 incendies ont été dénombrés sur 300 000 compteurs. En cause ? Le disjoncteur interne qui équipe les compteurs Linky qui favoriserait l’apparition d’arcs électriques à l’origine des incendies, selon l’association Next-Up. Enedis rejette cette analyse et argue d’« un défaut de serrage qui pourrait se produire avec un compteur traditionnel ». Difficile de trancher, mais on peut noter en tout cas que très peu de cas de départ de feu ont été déplorés depuis le début du déploiement en 2015, et que presque toujours les compteurs se sont consumés sans provoquer d’incendie.

Un deuxième argument des opposants aux compteurs, mis en avant par Robin des Toits, association de défense des usagers pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil, sont les ondes électromagnétiques émises par le courant porteur en ligne (CPL) utilisé par Linky pour communiquer avec son concentrateur. Ces ondes pourraient être cancérogènes. Selon Enedis, Linky n’émet que très peu d’ondes, puisqu’il n’est pas connecté en permanence, mais tout au plus quelques secondes chaque jour. Pour l’AFFSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail), le danger de Linky pour les consommateurs serait bien moins important que celui d’un téléphone portable.

Enfin, troisième et principal argument des opposants à Linky, les données personnelles recueillies par le compteur Linky ne seraient pas suffisamment protégées.

Les données recueillies par Linky sont de trois types : la consommation quotidienne, la courbe de charge (consommation tout au long de la journée) et la puissance maximale atteinte.

Pointé par la CNIL dès 2012, ce problème de la protection des données a été pris très au sérieux par Enedis, qui répond aujourd’hui au cahier des charges de sécurité exigé par les instances politiques. Par ailleurs, les protections anti-piratage des compteurs sont telles qu’à ce jour, aucun hacker n’a réussi à pénétrer le système.

Enfin, les données personnels du consommateurs lui appartiennent. Leur transmission à des fournisseurs d’énergie, ne peut être fait qu’avec l’accord explicite de l’abonné.

On le voit, le déploiement du nouveau compteur Linky, bien que critiqué, répond à une nécessité de modernisation d’un système qui par ailleurs s’exprime dans le monde entier, avec le raccordement prévu à court terme de 700 millions de foyers, chiffre qui devrait atteindre 1,5 milliard en 2021.